Communications

Communiqués de presse

Grève des chefs de train : l'AAC demande au gouvernement d'agir afin de mettre fin à la grève

Montréal, le 30 mai 2018 – L’Association de l’aluminium du Canada (AAC) demande au Gouvernement du Canada d’agir rapidement et de prendre les moyens nécessaires afin d’éviter les effets que pourrait avoir cette grève sur l’économie du Québec et du Canada. 

La grève des chefs de train ajoute des défis majeurs aux opérations des alumineries. Ces usines doivent recourir à des options logistiques complexes et plus coûteuses, étant donné la demande considérable en provenance de l’ensemble du secteur industriel. 

L’impact financier et logistique sur nos opérations est significatif dans un contexte de marché déjà exigeant pour nos entreprises. Déjà affecté par une série de coûts accrus et une incertitude sur le marché, l’aluminium est un marché de commodité qui ne permet aucunement de transférer des coûts additionnels aux clients acheteurs de matière. C’est donc dans ce contexte et tenant compte de la vive concurrence à laquelle nous sommes exposés sur nos marchés d’exportations que l’AAC demande au gouvernement d’intervenir rapidement. 

À propos de l’Association de l’aluminium du Canada (www.aluminium.ca) 

L’Association de l’aluminium du Canada (AAC) est un organisme à but non lucratif représentant les trois entreprises de classe mondiale productrice d’aluminium primaire qui sont : Alcoa, Aluminerie Alouette et Rio Tinto. Elles opèrent au Canada dix usines dont neuf au Québec et emploient plus de 8 000 personnes. 

                                                     - 30 - 

Source : 

Jean Simard 

Association de l’aluminium du Canada 

514 288-4842, poste 225 

Retour aux communiqués de presse